Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

mercredi, 01 août 2012

Le Pêcher

2889181302.jpg




Ce sont les pêches du pêcher

Qui m’ont filé

Un coup de pêche

Ce sont les pêches du pêché

Après que les fleurs aient été butinées



J’ai transgressé la loi divine

Ma divine

Ma liqueur, mon héroïne

Dans les rumeurs taquines de l’ivre imagination

J’ai pêché ton âme vive

Pas eu b’soin d’l’hameçon





Ce sont les pêches du pêcher

Qui m’ont filé

Un coup de pêche

Ce sont les prêches du péché

ah le nectar
apprivoisé

16:12 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 21 juin 2012

Bonne Maison

Alors en dessert vous avez
un tiramisfrouge
une tarte aux cibons
une crème d'amourelle
des chouchous entremiel
le café est offert
et ya pas d'addit(c)tion.

(repasse du 26 mars 2006)

13:11 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 24 mai 2012

Nananèreu

Dans le bac à sable
moi j'ai lu des fables
avec des morales faites pour le bonheur
j'ai vu des chaussures,
de marque bien sûr,
et de vieux souliers, pas du tout cirés.
Dans le bac à sable
j'entends des histoires
comme de longs cauchemars
pour pouvoir crier
Dans le bac à sable
je veux réciter
les fables mémorables
qui font avancer.
Mais pas des histoires
d'enfants bagarrés
d'enfants qui ont peur
moi je veux des fables
avec des morales faites
pour le bonheur.

Repasse du 30 janvier 2006


podcast

11:56 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 18 avril 2012

Veilleur de nuit


Oyé oyé
éteignez les lumières
de la ville éveillée
un bonheur récite
et vos âmes ne doivent pas écouter ses répliques
vous devez bonnes gens allez droit
et dormir
c'est l'heure !
Oyé oyé apportez à vos ombres le repos mérité
éteignez bonnes gens
éteignez vos lunettes

Pas d'éthique ?
pathétique étiquette...
A pas peur
ne veux pas des valeurs du veilleur.

A pas peur
ne veux pas des valeurs du veilleur.

A pas peur
ne veux pas des valeurs du veilleur.


repasse du 9 juin 2006

14:53 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 15 mars 2012

Réminiscence





La pluie de l'aube bleue
après une nuit blanche
L'horizon dans nos yeux
sans aucune méfiance

La pluie de l'aube bleue
après une nuit blanche
une nuit d'alliance
tout simplement heureux

La vitesse au point mort
les sièges allongés
les rétros au dehors
la cabane planquée

La pluie de l'aube bleue
après une nuit blanche
hanche contre hanche
et deux coeurs rouges
ensommeillés.




(Repasse du 29 mars 2008)

11:34 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 09 février 2012

CHRONOPHAGE

Le temps passe à tout âge
le temps est chronophage
doucement le matin
tellement vite le soir
incertain à midi
pour peu que la vie
interprète et souscrive
à des rythmes différents
au travail, les enfants
qui demandent à voir
à connaître à apprendre
et fassent réapprendre, reconnaître
et surprendre, un « déjà vécu »
un : je l’ai déjà vu
des Vite vite récurrents
des demain j’y serai
des demain je ferai
le temps est chronophage
mais je passe du bon temps.

(Repasse du 29 janvier 2006)

podcast

11:42 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 07 janvier 2012

Constance






podcast

Dans sa robe de volants relevés
noirs argentés
un joli collier ambre
et les cils relevés
la poupée de cire
Constance
va réveillonner
et décompte immobile
les yeux sur le cadran
l'heure de continuer
à jouer
d'ETRE GRANDE...
- "Hein Constance" ?





Repasse du 7 janvier 2007

22:07 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 09 décembre 2011

Rupture







A la chaleur des mots vivement partagés

quand la peau demande et la tête s'effraie

quand la vie soudain redevient colorée

Il ne faut...





Quant tout est régi du plus beau des cadeaux

Quand la pluie ruisselle, quand le froid fait le beau

Quand les nuits de l’hiver se baignent dans l’été

Il ne faut…





Quand les battements forcent l’endurance

Quand tous les réveils commandent le 6ème sens

Quand le tout s’approche pourtant si éloigné.

Il ne faut…





Quand tout n’est plus qu'un seul, quand tout se focalise

Quand les phrases s’étoffent, le cœur se déshabille

Quand la lumière fut et le jour, irréels…

Il ne faut…





Quand tous les classiques rapent en cadence

Quand le manteau du songe revêt l’adolescence

Quand une semaine devient éternité

Il ne faut…





Parce que soudain.

Un matin émergée,

et douche glaçée

La froidure dure...

Dure.



Mature

Morsure.




Mature ?

Je,

pronom impersonnel

fait perdre ses moyens.

Bête et moche, redeviens.

Avançant dans le gris….

Batchaïsses coloris

rit, l’étranger.



Loin.

Loin.

Plus rien.

Dire...





Alors c’était mensonge ?

Cœur léger ?

Lune rousse

La frousse...





Jeu ?

Terribles je, conjugant les passés

je devenus pluriel

détachés.



Dire... ? ...

qu'il n'eût fallu les croire ?

Aimants amants

séparés.



13:50 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 19 novembre 2011

^^

La ponctuation
[au 4e siècle ap. J.-C. Saint-Jérôme en fut l'instigateur [*



Y'a ceux qui jouent avec
:-)
et ceux qui parlent sans
:-(

Mais sur ?

Sûr.
On devait jouer
sur la ponctuation.

Il y a des virgules
qui virgulent âprement.
Des points dont il faudrait quadrupler le volume !
Et pouvoir s'exclamer
aux points de suspension.

Deux points indissociables
et entre parenthèse
se posent la question.
(DEUX POINTzEN MAJUSCULE) ;
suivis d'un point virgule : ;
à guillemets plantons "..."
- mariage de raison ?



*source
http://www.la-ponctuation.com/histoire-ponctuation.html

12:18 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mardi, 09 août 2011

Tangage

Beaux rivages ensoleillés
matinée bleue mer turquoise
mouettes volent collent au décor sans cri perçant
sont presque sages
galets brillants, verres polis
l'écume frange et se dentelle
pas un humain
le paradis
je peux penser
je suis rebelle
mais j'ai bien trop plein d'interdits
je n'avance pas, je me gamelle
je consensuss, j'me répudie, je reprends place et réécris
le synopsis.
le synopsis
qu'le synopsis.

(repasse du 20 janvier 2006)

11:38 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 05 août 2011

Accroche-coeur

...
J'encore

...

j.jpg

12:01 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 03 août 2011

Hertzien

En attente
posé
à une portée d'ailes d'antennes satellites,
(ouvertes au monde encadré)
l'oiseau
tête à 16 ° ouest
s'interroge,
sifflote,

et s'envole

haut dans l'air sien.

09:00 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mardi, 07 juin 2011

Planche dite de contact

PlancheDiteDeContact1_GenevieveZaneboni.jpg


Au-delà des lignes
haute tension
Le dire ?
Le dire !

Un secret bien gardé
mutisme solennel.
Un rayon de soleil.
Handicap du toucher,
Impossible de goûter
et pourtant ressentir
si près.
Là.
Tu m'entends ?
Electriques,
les fils se tendent, s'allongent
et s'arrondissent
puis bondissent à l'assaut
de leur support planté.
De vieux troncs échardés, noircis.
Là, le goudron,
l'asphalte,
les traits blancs pointillés...
De pimpantes ferrailles,
d'Eiffel un souvenir
et la lumière jouant
sur le verre dépoli,
vert.
Roulant sous le ciel gris,
préférant la vitesse,
l'hiver s'attrape aux troncs.
Les branches désespèrent
de givre enfermées.

Tu entends ?

Il fait froid vitre ouverte
et les doigts sont crispés.

Le dire,
tombant
le dire,
en hâte ?
Urgence de raconter.

Tu t'imposes,
là.
Toujours,
en pensées.
Alors, je dis
2 fois, je...
Je... tellement
pour me
réchauffer.

22:41 Écrit par Gene dans FIL, TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 18 mai 2011

POTOCHOSE

Refiffusion du 28/1/2006


podcast


Je suis le pot de choses
dans lequel on dépose
le matin, le midi
le soir ou la nuit,
des bouts de ficelle, de jolis papiers
un ticket de tramway
une photo d'elle
le manche du couteau
un petit drapeau,
une boîte de cirage
un calendrier
des bons points d'enfant sage
des entrées de ciné
une carte de voeux
une boîte de punaises
un carton marqué 13
et j'en oublie un peu...


Je suis le pote aux choses
de poto : amigo
et de choses définies
qui remplissent ma vie.

13:21 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 20 avril 2011

Raveur





La lune
la nuit
en nage
au figuré
défiguré
d'endurance
le corps
tendu
les bras
fondus
les jambes
en cadence
qu'à danser
démystifié
et sauts
frappés
et chaud
la tête
en mots criés
le coeur
à l'imparfait



10:49 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 31 janvier 2011

Un tour

Un tour de cadran
annuel
et un nouveau blog
virtuel
Blog
log
og
g

BONNE ANNÉE

12:04 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 14 janvier 2011

Printemps de janvier



Sous le ciel clair
le rire
l'envie
enivre.
L'eau tonne.
Bonheur d'été,
sud
méditerranée
en plein hiver...

Souffle
of ze France
23° de janvier

13:59 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 01 janvier 2011

Bonne année (versaire)


podcast

11:13 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 20 octobre 2010

HAIKUS...

De Nice l'étincelante
à Paris débranchée
bel été.
-----------------------------------------------

La fleur émet
le parfum sourd
de son réveil.
-----------------------------------------------

Voyages divers pour l'hirondelle
libre et coquette
vers le soleil.
------------------------------------------------

Trahi dans la rougeur
des mois d'automne
l'arbre quitte ses feuilles.
------------------------------------------------

L'enfant sournois
se noie doucement
pour exister.
------------------------------------------------

La vie s'effeuille
feuille à feuille
comme un roman
livre ouvert.
------------------------------------------------

slam blog


(repasse du 5 février 2006)

13:13 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 19 août 2010

Slam


Dans la Place fermée,
tout près d'un vert verre

il scande des vers ouverts

décompte de pieds cassés

alexandrins pressés

césure


le poète boîte


il avance souriant en marchant claudiquant
 dans la Place fermée

éclairée de bougies
 ombres portées tremblantes

d'une chaise et de lui




le poète réfléchit 


les mots de sa blessure 
animent le mouvement

le sourire montre les dents
 et se radoucit
 : la Place est endormie
Le poète se détend 
puis s'ennuie.


Il sort de son Endroit
 sa Place son refuge

clopine l'air du temps

hume l'instant des gens

et dit 
de maudits mots 

amers

puis réécrit
à l'envers.
center>


repasse du 22 juin 2006

15:15 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 22 juillet 2010

Campagne




C'était une jolie fleur
patateur
habillée de vichy
patati
elle avançait comme ça
patata

Coupez !

Elle nouait son foulard
patatarte
et chaussait des lunettes
paté d'tête
qui était en amande
pâte d'amande

Lui, cheveux dans le vent
au volant
cabriolé coupé
papoter
accélère à l'arrêt
patiner

Et sourire et faux cils
seins gonflés
Elle lui roule une galoche
patacloche
décidée à la fête
Pâquerette...

c'était le temps
du rentre-dedans
et ça tournait !

Moteur !



20:05 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 23 juin 2010

Littéralement... graphique





Des pages écrites ou lettres tapées
gommées, non enregistrées
je lis tes ratures

flamme
spleen
joie
exarcerbés
je lis tes ratures

Des ciels trop bas
aux soleils inventés,
pensée vagabonde
ou réel danger

je lis tes ratures
dessinées.


21:25 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

jeudi, 17 juin 2010

Pas d'apprêt pour l'après





Après ?
j'veux pas savoir
et jm'en fous

Après
c'est tout l'avant
de petits cailloux blancs
des fêtes ou d'instants
de lanternes éteintes
de pluie odorante
de soleil
à cacher
de nuages effacés
de mots désormais
en rauques amarres
attention crier gare
et nouveau départ
vers d'autres courants
de pensées occultes
cultuelles inventions
aux repas partagés
en libre pensée
et toi et tu et vous
et rire d'espérer
les prières du mieux
les espoirs frileux
la difficile aventure
de tous les milieux

Alors Après ?
Après les avoir quittés ?
Les copains, la famille
les bruits de la ville
les musiques futiles
les senteurs de vanille
la crème catalane
les émotions suaves
le givre des campagnes
les tactiles préhensions
des univers changeants ?

j'veux pas savoir et j'men fous

Pas savoir
quid de quoi
décide de l'âme
de Paname
à Delhi
Rio de Janeiro,
Antananarivo
Miami
Zanzibar
Madrid
Helsinki
Dubaï
Shangaï
Kathmandu
Kotchi...

Tout l'avant laissé
de rubans de papier
codés
au temps dépassé
saveur des images
entendre le jasmin sauvage
voir les notes s'envoler
toucher l'indicible
odeur du souvenir

Après ?
j'veux pas savoir et j'men fous
la mort
n'a pas de secret



11:02 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mardi, 25 mai 2010

2.

Ces tournants.
Ces angles saillants
Ces montagnes à franchir
Ces épingles à cheveux
Ces lacets de corset
trop serré
Ce col à ouvrir
Sommet
De soupirs
Initiale
Du plaisir
Une nuit avec toi
Allez !
Une seule.
Blanche.
De rosée étoilée





C'est comme c'est...

C’est comme c’est
Comme c’est bizarre
Et prégnant
Ce sentiment
Qui perdure
Dans le temps

C’est comme c’est
Comme c’est bizarre
Et troublant
Tous ces signes
cependant

Ces tournants.
Ces angles saillants
Ces montagnes à franchir
Ces épingles à cheveux
Ces lacets de corset
trop serré
Ce col à ouvrir
Au sommet
Des soupirs
Initiale
Du plaisir

Une nuit

Une nuit avec toi
Allez !

Une nuit

Une nuit avec toi
Allez !


Blanche

De rosée étoilée








14:48 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 19 mai 2010

Contact


Le ciel est couleur layette
de bleu et rose mélés
pastel
doux réveil ?
avec les phrases écoutées
des oiseaux chanteurs
des oiseaux parleurs
questionneurs
ponctués
râleurs
libérés

Le ciel enrobe leur colère
dans un univers de bébé
et les craintes se soulèvent
contrastant le jour levé

Le bruyant moteur qui passe
rappelle les civilités
Y'aurait pu Y avoir l'orage...


Les oiseaux disent
en notes gaies.

(Repasse du 5 mai 2006)

14:09 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

dimanche, 16 mai 2010

Missive

Chers,

Je vous prie de bien vouloir excuser mes prétention, suffisance, impudence, outrecuidance à venir vers vous. Je m'agenouille, tête baissée et main jointe à la supplique que je vous lis humblement à l'oral de l'écriture pour ma demande de requête. J'espère vous trouver en bonne santé, ô Chers et le tout autour des vous rayonnant du soleil pétillant, radieux, et éclatant. Vous comprendrez aisément qu'il m'est difficile d'entrer directement dans l'élément central de ma sollicitation, à la fleur de mon âge de l'heure sonnante (18:44). Le vent du dehors danse avec les feuilles, celui du dedans brouille ma diction. J'essaie aussi de justifier le texte à droite et à gauche c'est pourquoi je ne reviendrais pas en retour de paragraphes anciens et définitivement vivants comme l'eau qui ronronne. Donc, je... Mais ? Vous dormez ?


18:50 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (4) |

jeudi, 13 mai 2010

Fulgure





02:06 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

mercredi, 21 avril 2010

Trousseau sot


J'ai perdu mes clés
clé de sol
de fa
de mi
famine de clés

mais pas la clé de si
le si, sifflote si si
et si et si et si
sans arrêt bémol dièze
le si biaise
le la, là m'a lassée
l'histoire d'O
pourrait-elle commencer ?


Repasse du 26 mai 2006

14:31 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 05 février 2010

Brouillonne





Ca brouillonne sec,
petite conne,
dans ta tête,
des tonnes et des tonnes
de coups de becs
te tamponnent
et circonspecte, pauvre pomme,
relativise !
et re
et re
et re

Crie !
Ecris !
Transcris !

Ca brouillonne sec, petite conne
tes historiettes font un somme
et tes désirs
désavoués
t'assomment
et
sonnent
sonnent
sonnent

Ton témoin intérieur
ronronne
et re
et re
et re

sans t'apaiser.
(...)
Crie !
Ecris !
Transcris !

Ou dors
brouillonne.



18:18 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |

samedi, 12 décembre 2009

Fou de coudre


Des mots
épinglés
batis
Le dé est jeté.

Sans protection,
étoffes rapprochées
surfilées,
des questions.
Chuchotées.
Suggérées.

Des promesses
souffle-souffre
caressent.

Toujours ? Toujours.
Jamais jamais.
Toujours , ... jamais ?
.
Chaos merveilleux.
Webministré.
Pensée sans cesse, absurdité.
Ruptures obligées
effilochées.
Déséquilibre constant.

Bigbang

Ô (?) choc fragilisant.
Ô coup de foudre dépendant.com !
Bon-jour !

Le bon
lèvres touchées
à destination.
Le bon-...
embrasse
embrase...
Absolument.
Eperdument.

...-jour
extrême
systolique
aime
ex aime
vague
et ressasse
la nuit
les lunes
debout.
Deux bouts
en cordée
point de croix
bande passante
sempiternelles réminiscences dépendantes.com

Bonheur en l'état
adolescent
victimise
victiminise
vol(e)canise

Attente.
Ô Attente !!!
Argh attente !

Ping-pong
message-rit
Ping.
Jours de pluie
heures soleil
minute, -(papillon),
De la première question :
pong
que fait-on ?
Ton ?
A la dernière érosion.
Pong
A la dernière évasion.
Ping !

Et la fin.
Raisonnée.

Le manque
écrit
manque
et crie.
...
Coup de foudre ?
...
Frappé.
...
Violent.
...
En dé-coudre ?

11:33 Écrit par Gene dans TEXTE | Lien permanent | Commentaires (0) |